Décodage du résultat (provisoire) du canton de Saint Renan

Date : 28/06/2021

Sujet : décodage de l’élection départementale sur le canton de Saint Renan

Résumé

Le deuxième tour de l’élection départementale sur le canton de Saint Renan s’est conclue sur une victoire du binôme des candidats de droite avec 10 points d’avance. À l’issue du premier tour, ce binôme avait 5 points de retard sur le cumul des scores des deux listes de gauche qui le suivaient.

L’élection s’est également tenue dans un contexte de défiance électorale hors norme.

Il me semble que le décodage n’est pourtant pas si compliqué que cela à faire.

Un univers politique sans repère idéologique

Aussi imparfaites qu’elles aient été, les grandes idéologies du XIXème et XXème siècle permettaient de structurer le débat politique autour d’idéaux ou d’utopies. Au fur et à mesure du temps qui a passé et surtout des échecs et des renoncements de ces grands courants, la force idéologique du débat politique a diminué. Comme je l’ai écrit il y a déjà quelques temps à propos du socialisme (mais j’aurais tout aussi bien pu l’écrire pour les différents libéralismes), les gigantesques bouleversements de ce nouveau millénaire ont changé structurellement les conditions qui ont donné naissance à ces idéologies. Ils ont fini par les réduire à leur part historique et la politique a été réduite à sa dimension de gestion du quotidien et a perdu celle de la projection sur l’avenir.

Comment dans ces circonstances mettre en mouvements les citoyens et donc la société ?

Il serait cependant plus qu’hasardeux de croire que désormais tout se vaut, qu’il n’existe plus de droite ou de gauche, que tous les citoyens partagent les mêmes valeurs et les mêmes aspirations. Notre société est toujours faite de nos profondes différences et une démocratie ne peut exister que par le débat autour de ces différences de façon à trouver un chemin satisfaisant l’intérêt général. Le débat politique n’est pas une coquetterie, il est le souffle de la démocratie. Pourtant, sur notre canton les binômes qui se sont affrontés au second tour ont tout fait pour gommer leurs références politiques, se contentant de donner une vague couleur sans substance.

Des médias qui ne sont plus un contre-pouvoir

Les médias ont eux aussi été débordés par la révolution numérique. Jadis source presque exclusive de l’information, ils ont aujourd’hui complètement submergés par les réseaux sociaux dont la puissance de résonance sature leurs capacités d’attention auprès des citoyens. Alors que leur contre-pouvoir doit normalement se faire par l’investigation, le recul, la synthèse, ils sont pris de vitesse par l’immédiateté de millions d’opinions simultanées.

Comment dans ces conditions intéresser sur le fond et les faits ? Comment faire passer l’information quand les discours ne sont plus qu’un galimatias de mots utilisés à contre-emplois, de mensonges, d’expressions creuses ?

Une République profondément pervertie

Mais ce que je trouve au final le plus choquant, c’est peut-être que la loi puisse ne plus être appliquée, et souvent en toute impunité. Là aussi l’exemple de notre canton est saisissant. Le binôme candidat qui a gagné n’a clairement pas respecté les règles de la communication en période électorale et l’a reconnu. Une plainte a été déposée. Mais quelle sera la destinée de cette plainte ? D’autres affaires nationales du même tonneau ont mis un temps terriblement long à être instruites et lorsqu’un procès finit par se tenir il est en décalage complet avec l’histoire et alors quelle que soit son issue jamais il ne corrige le préjudice démocratique subi. Pour que cela marche il faut agir très vite.
La lecture juridique du canton de Saint Renan devrait être simple. La loi électorale n’a pas été respectée. Les faits ont été reconnus. Le binôme gagnant est celui qui est incriminé. Il faut annuler l’élection et revenir aux urnes. Le juge doit faire appliquer la loi, libre ensuite aux électeurs d’appliquer ou pas une sanction.
Dimanche dernier, combien d’électeurs écoeurés se sont-ils abstenus à cause de cette faute ou d’autres du même type, dans ce canton ou ailleurs ? Comment demander à des citoyens d’aller voter pour de futurs élus qui ne respecteraient pas les règles et pourraient le faire en toute impunité ? Ici la faute est portée beaucoup plus par l’administration de l’Etat quand elle n’agit pas à temps que par les auteurs de la violation.

Conclusion

Pas de force idéologique, pas de force dans l’information politique, pas de force dans la volonté de faire vivre la République selon les règles et principes qui sont les siens. Ce qui est finalement étonnant, c’est d’avoir encore un tiers des citoyens qui vont voter malgré tout.
Il faut sauver notre système démocratique tant qu’on le peut encore et dans le canton de Saint Renan cela passe par l’annulation de cette caricature d’élection.

 

 

Philippe RIS

 

Pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Détail intéressant à Plougonvelin : le nombre de votants a légèrement augmenté entre le 1er et le 2nd tour (1/2 point) mais comme le nombre de blancs et de nuls a pris plusieurs points (3.5 points), il y a moins de votes considérés comme exprimés au 2nd tour qu’au 1er !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

34 + = 38